Éric Ruf

rechercher

X

Éric Ruf est un perfectionniste qui a progressivement appris à « s’en foutre ». Quand il entre à la Comédie française, il porte en lui un grand respect des textes, des répétitions, du jeu. Petit à petit, comme il le raconte au fil de ses anecdotes, il apprend à se détacher de ce grand sérieux : à jouer malade, avec la voix cassée, à ne plus s’offusquer quand un acteur raconte une blague – joue son texte – reprend sa blague ; à découvrir son rôle du soir quand il voit son costume dans la loge…

Grand amateur du hasard et de l’impromptu, avec sa gouaille si attachante, Éric Ruf nous raconte tout son parcours, depuis ses grands-pères pasteurs, le club de poésie de sa sœur, son grand frère metteur en scène, le cours Florent, le Conservatoire national supérieur d’art dramatique, Anatoli Vassiliev et Patrice Chéreau, la Comédie française… et traverse de grandes questions du théâtre : pourquoi ça devrait être obligatoire à l’école, comment un metteur en scène choisit ses acteurs, les difficultés et le plaisir de jouer plusieurs spectacles en alternance, le bonheur d’être scénographe – et bien d’autres encore.

« Généralement, un metteur en scène vous choisit pour ce qu’il ne pourra jamais vous dire. Finalement, c’est presque votre défaut constitutif, qu’il ne peut pas vous exprimer comme ça, qui l’intéresse fondamentalement. »

actuimg

THÉÂTRE

07/04/2016
Théâtre du Conservatoire national supérieur d'art dramatique de Paris